À paraître

À paraître

A_paraitre_transparent

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ida Asha

Fugues

 

Couv_Fugues_

 

Zélie et Lila se causent sans se croiser, s'enchevêtrent dans la pensée ; elles errent au gré de rencontres parfois vacillantes, stagnent dans l'instant de l'autre qui les efface, repartent à la conquête d'un sens qui se laisse seulement effleurer. Peu importe le son discordant, le souffle manquant, le chemin se poursuit au-delà de tortueuses racines, bifurque puis s'élargit jusqu'à leur offrir, enfin, le temps de la pause, du silence, l'amorce d'une musique inédite. Les nouvelles vibrations déjouent l'apparente répétition.

Zélie et Lila passent outre une enfance violentée, se regardent de loin et se sauvent l'une l'autre dans une fugue infiniment tourmentée mais assurément vivante. 

 

 

 

 

 

Dominique Esse

La deuxième vie de Simon

 

la_deuxieme_vie_de_Simon_couv_bat-page-001

 

Quand ce jour-là Maïalen et Oihan, 11 ans, jouent à cache-cache dans la chapelle de leur petit village basque, La Bastide Clairence, ils ne se doutent pas que leur vie va basculer...

Ils découvrent Simon, qui, s'il a le même âge qu'eux, est vêtu bizarrement, parle étrangement... et se croit en 1798 !

Simon est-il fou ? Maïalen et Oihan ont-ils des visions ? Auraient-ils découvert un passage secret à travers le temps ? 

Une aventure passionnante où Maïalen et Oihan découvriront le XVIIIsiècle et, déjà, la persécution du peuple juif. Quant à Simon, il apprendra que les siècles suivants n'ont malheureusement pas été plus cléments et qu'aujourd'hui encore l'intélorance règne trop souvent. Ainsi de la jeune Aïcha, elle aussi victime de rejets et d'agressions verbales du fait de sa religion. 

 

 

 

Dominique Selva est professeure des écoles depuis 2002. Ce métier lui a permis de bénéficier de diverses formations en littérature de jeunesse, tant sur la manière d'aborder le roman que sur celle de lutter contre les difficultés de lecture. Ceci l'a tout naturellement amenée à écrire pour les enfants. 

 

 

TOHOURI Wassar

Un processus de tous les temps

 

un_priczdhzjd

L’auteur, TOHOURI Wassar, d’origine africaine est enseignant à Paris.

 

 

 « Une question à laquelle l'historien hésite à répondre, mais qu'il doit poser : est-ce que les peuples qui furent colonisés n'auraient pas pu trouver en eux-mêmes les forces qui leur auraient permis de franchir, sans la colonisation, une étape dans leur développement économique et social ? » ("Encyclopædia Universalis", rubrique 'colonisation')

Ce sera l'occasion ici d'un examen rapide de l'histoire de l'évolution culturelle humaine; une évolution qu'il est possible d'appréhender autrement qu'à travers les quatre seuls siècles de la période allant de 1600 à nos jours. En effet, nous le savons tous, la civilisation est née à l'Est, dans la zone dite du  « Croissant fertile  »; l'ensemble formé par les régions de la Mésopotamie, du Proche-Orient et de l'Egypte. Une terre qui vit naître l'agriculture, l’élevage, la métallurgie. Une terre qui inventa l’urbanisme, l’Etat, l’écriture; créa les mathématiques, l’astronomie, édicta les premiers codes de lois, etc.  Cette terre qui fut (qui ne le sait) le berceau de LA CIVILISATION.

À partir de cette région berceau, ce nouvel art de vivre va se diffuser, par contact, de proche en proche : l'orientalisation de la péninsule balkanique; l'hellénisation de la péninsule italienne ; la romanisation de l'Europe; l'occidentalisation de l'Afrique. Un ordonnancement qui sera la cause, parce que le vecteur de diffusion est humain, de terribles incompréhensions : cette effroyable violence de la rencontre de deux peuples de niveaux culturels très différents. Mais du fait même que le vecteur de diffusion est humain, la civilisation va connaître, parallèlement à cette évolution spatiale, une évolution qualitative, un enrichissement considérable. Un enrichissement qui ne peut passer sous silence que près de sept siècles durant, du IXau XVsiècle, les Musulmans furent les seuls représentants de la civilisation.

 

 

 

 

 

Le_solstice_dete_couvJean-Jacques Gréteau, auteur de Anna et La Fumée noire

Le solstice d'été

 

Quand Eugène, patron de la banque Pérignon, meurt,  sa sœur Roselyne semble craindre son testament… Elle a bien raison puisqu’il fait de sa veuve, Béatrice, son héritière et la nouvelle patronne de la banque. Ainsi quand Roselyne lui dit que ce testament est une déclaration de guerre, Béatricela croit car elle la sait capable de tout.

La couronne britannique avait connu la guerre des Deux Roses, le monde de la banque d’affaires en France va connaître la guerre des deux belles sœurs. Ce sera comme en Angleterre une guerre de succession. Le combat sera féroce et nourri par la haine. L’argent et les enjeux de pouvoir attiseront les ambitions et pousseront à la trahison, et même au suicide. Il faudra attendre de lire Le Monde du 27 avril 1969 pour comprendre ce qui a causé le plus grave désordre que la banque Pérignon a jamais connu…

 

 

Après avoir goûté au journalisme puis fait carrière dans la finance, Jean-Jacques Gréteau a notamment publié De si jolis chrysanthèmes (prix de Gâtine 2003), Marc Sangnier le semeur d’espérances, 24 grands moments de sport comme autant de beaux suppléments de vie et récemment La Fumée noire et Anna (Le Livre et la Plume, 2017 et 2018), qui ont rencontré un beau succès en librairie.