Train 261

En stock
Délai de livraison : 5 jours ouvrés

16,50
Le prix inclut la TVA. Livraison à 2,50 €


L'ouvrage

Je n’ai pas voulu lui dire je t’aime. Je ne savais pas en fait. Fallait-il s’engager à ce point ? Ça semblait fou. J’y ai beaucoup pensé ce soir-là. Et toutes les années qui suivirent.  
Jeudi 20 février 1975. Naissance. Il a une famille. Il va grandir. Il aura des amis. Du mal avec les filles. Cela lui fera une bonne raison d’écrire, au moins. Quarante-cinq ans plus tard, il regarde avec mélancolie le chemin parcouru. Rien ou presque n’aura été facile, lui semble-t-il. La crise de milieu de vie le touche de plein fouet : l’enfance, l’absence, l’ailleurs, l’attraction,  les femmes évidemment. Les femmes surtout.  
C’est l’histoire d’une lente métamorphose, celle de ce petit garçon qui venait regarder passer les trains à la gare de Châlons-sur-Marne. C’est l’histoire de quelqu’un qui a percé l’armure dans laquelle on l’avait enfermé. C’est aussi une conscience. La conscience que tout cela va se finir assez vite, disons dans une quarantaine d’années.  
C’est un hymne à l’espoir. L’espoir de dépasser ce à quoi une enfance pourrait vous condamner. L’espoir de voir et vivre le monde le plus possible. L’espoir  de réussir la deuxième moitié de sa vie beaucoup mieux que la première, aussi. Car après tout, l’espoir, c’est ce qui meurt en dernier, non ?

 

L'auteur

Stan Kowalski est né à Châlons-sur-Marne en 1975. Infatigable globe-trotteur, il parcourt l’Europe, l’Amérique et enf in la France avant de s’établir à Lyon en 2020. Expert en rela-tions commerciales et polyglotte, il gère des  partenariats avec des industriels majeurs au sein d’un  établissement financier réputé. Le Train 261 est son premier roman, une autofiction poétique sur son enfance et ses relations avec les femmes.

 

Parcourir cette catégorie : Librairie