À paraître


A_paraitre_transparent

 

 

 

 

 

 

 

Alo Cemoy, explorateur du passé

 

Françoise Rovati

couv_Alo.2

ALO CEMOY, EXPLORATEUR DU PASSÉ est un conte futuriste

VISA POUR LE PASSÉ : Alo, citoyen du xxive siècle, négocie un voyage à destination… de notre préhistoire : il préfère en effet plonger dans le passé obscur et périlleux de l’humanité plutôt que de découvrir en toute sécurité les fascinantes civilisations extraterrestres enfin accessibles. Mais les visas pour le passé ne sont délivrés qu’après une sévère sélection…

IL Y A 14 000 ANS : Alo intègre parfaitement la mentalité de l’époque préhistorique, le besoin de sécurité le pousse à compter ses provisions et protéger son abri naturel, la soif de reconnaissance l’incite à développer pouvoir et prestige. Il vit les débuts du monothéisme de l’intolérance, de la misogynie… Jusqu’à commettre un crime…

LE PASSÉ DU FUTUR PRÉSENT : Alo, revenu au xxive siècle, découvre, horrifié, sa conduite préhistorique. Assisté du consultant et du psychologue il décide d’assumer les actes désastreux perpétrés par l’ancêtre auquel il s’est identifié et projette de repartir dans son passé pour ramener sa principale victime vers son présent prospère…

 Psycho-sociologue de formation, Marie.F Rovati.El Houini s’est consacrée à l’écriture dès sa sortie du milieu professionnel. Le management des ressources humaines en entreprise l’a captivée pendant trente ans mais lui semble aujourd’hui d’un intérêt tout relatif face aux problématiques de la société contemporaine qui sont les ferments de son inspiration. Son moyen d’expression jusqu’ici fut le théâtre ; elle a publié en France (Écritures théâtrales Grand Sud Ouest), en Espagne (université d’Almeria) et en Lettonie (éditions Muse).

 

Wonder ortho et foule sentimentale

Nabell Wood

1ere_couv_Ortho_finaleJe m’appelle Nabell Wood, j’ai vingt-cinq ans et j’ai réalisé mon rêve : je suis orthophoniste. 
Aujourd’hui, j’ai décidé de me dévoiler, de raconter mon quotidien avec celles et ceux que j’ai côtoyés, aidés, ou simplement croisés en chemin. Je vais vous parler de ma raison de vivre, de mes patients, de mon métier. Vous allez les lire, les écouter, les découvrir. Vous allez les aimer et parfois même les détester. Vous vivrez mon histoire à travers ces personnes qui, chaque jour, me donnent la force de me battre, de poursuivre ce que je sais faire de mieux : accompagner, épauler, soigner. Il y a Ganui, Max, Kévin, E.Micran. Il y a aussi Loïc, Thomas, Édouard, Romuald, ou encore Marion. Vous attendrez avec eux dans la salle d’attente de mon cabinet, vous participerez à leurs séances, vous les suivrez dans leurs prises en soin. Ils vous parleront de leur vie, de leur destin, de leurs bouleversements, de leurs regrets, de leurs doutes mais surtout de leurs victoires et de leurs réussites. Alors, ne les ignorez pas plus longtemps, ouvrez ce livre. Ne passez pas à côté de celles et ceux qui se battent pour vous aimer.

Née le 1er septembre 1994, Nabell Wood a passé son enfance dans la région lilloise. Passionnée par le karaoké et les mots, elle est diplômée de la faculté d’orthophonie d’Amiens depuis 2020. Elle exerce désormais ce métier en libéral et nous offre aujourd’hui son premier livre en toute simplicité.

 

 

Les Chrétiens sont-ils vraiment des imbéciles qui n'ont rien compris ?

Pierre Mingardon

couv_Chretiens

On ne peut en aucun cas déroger aux lois de la nature humaine. Je crois que c’est la grande erreur de notre civilisation moderne. Celle d’avoir conçu une société avec pour fondement l’homme tel qu’il doit être, façonné de telle façon qu’il puisse correspondre à une idéologie d’ordre économique, et non tel qu’il est.

Plutôt que de mépriser nos anciens, de considérer que leurs conceptions politiques avaient pour objectif d’opprimer et manipuler le peuple pour le rendre docile, il importe avant tout de comprendre.
 

Par ailleurs, que d’intolérance, de haine, mais surtout d’incompréhension vis-à-vis de la religion chrétienne ! Je veux bien qu’on la critique, chacun est libre, mais ce qui m’afflige dans les commentaires des détracteurs, est de me rendre compte qu’ils n’en ont pas capté le sens. Ils négligent aussi la dimension que la spiritualité fournit à l’homme. Nos cathédrales, nos immenses chefs-d’œuvre en musique, peinture ou littérature n’ont pas pris une ride au fil des siècles. Ils témoignent la preuve d’une civilisation forte.

On a voulu bâtir une société dans laquelle l’homme est uniquement considéré comme un agent économique. Il est réduit à l’état de mouton docile qui a pour seule ambition de consommer. Mais une société dépourvue  d’âme est une civilisation morte.

C’est dans la spiritualité que l’homme se construit et peut faire face à une société du contrôle.

Pierre Mingardon était à l’origine athée. Il est devenu chrétien parce qu’il s’est rendu compte que cette religion lui permet de donner un sens à notre existence, et nous apporte la sérénité. Ce n’est pas en changeant le prochain ou la société que l’on se révèle, mais la réponse se situe en nous, grâce à l’acceptation de notre condition.

 

La vie serait tellement plus simple sans pépins dans la pastèque

Emma Bus

couv_Pasteque

« J’ai 50 ans, j’ai enterré mon père… et une partie de moi est descendue dans la fosse avec lui. » Et si cette fin de vie était le commencement de quelque chose d’autre ? Comment faire le deuil d’un père et d’une mère atypiques ? Comment se redéfinir à 50 ans ? À travers le prisme de ses souvenirs d’enfance hauts en couleur, l’auteure se livre sur ce tournant de sa vie et sa recherche du bonheur. Entre autobiographie et roman feel good, La vie serait tellement plus simple sans pépins dans la pastèque est une parenthèse rafraîchissante et poétique, un questionnement sur ce que sont la vie et la mort. Le ton est vif, l’humour piquant, et la plume d’Emma Bus tombe toujours juste.

Danse et musique font partie de la vie d’Emma Bus depuis toujours, une forme d’ADN nourrie par un père artiste et pluridisciplinaire… Emma privilégie le mouvement à l’inertie, le renouvellement créatif au travers de la sphère artistique. D’abord la scène avec la danse, le chant puis la mise en scène, jusqu’au texte, l’écriture…

 

 

 

 

Souvenirs d'une enfance heureuse

François Vesque

couv_Souvenirs

 

François Vesque, né à Alençon en 1954, arriva en 1957 dans le quartier Guynemer en pleine construction ; les travaux furent terminés en 1959. Ce nouveau quartier vit l’arrivée de nombreuses familles modestes qui firent connaissance tout en instaurant un style de vie fondé sur le respect, l’amitié et l’entraide. La vie y était joyeuse et les gamins y étaient heureux. L’auteur a rassemblé ses souvenirs en hommage à tous les habitants qui ont fait de cet endroit un lieu inoubliable. Ce livre est un voyage nostalgique dans ce quartier à une époque formidable et un témoignage de l’humanité de ses habitants.