La mise en page

La mise en page

 

 

Mise_en_page

 

 

 

 

 

 

Le choix de la maquette est essentiel, et le graphiste la concevra en fonction de votre ouvrage : elle ne pourra être la même selon que vous avez écrit un roman, un livre plus technique, avec ou sans illustrations, etc.

Il n’y a pas UNE mise en page idéale, une maquette applicable à tous les ouvrages : il s’agit de s’adapter au type de la parution.

Une fois cette préparation réalisée, lorsque vous aurez validé les propositions, et seulement à cette condition, votre texte sera mis en pages avec suffisamment d’éléments pour que le graphiste puisse travailler et appliquer une maquette : il dispose du calibrage du texte (son nombre de signes, sa « longueur ») ; le texte préparé dans les règles de l’art ; les illustrations le cas échéant…

Le graphiste choisira le type (et la taille) de la police du texte courant, des titres, des légendes éventuelles, des notes…

Il décidera aussi des marges, des alinéas, des interlignages, des retraits ou non de première ligne en début de paragraphe, gérera les blancs de la page pour apporter de la lisibilité, proposera un style pour les encadrés, etc.

Mais la bonne maîtrise des outils et logiciels est loin de suffire : le graphiste doit être créatif, connaître les éléments qui font qu’une page sera équilibrée ou non… La simplicité maîtrisée est souvent une qualité : trop de polices différentes ou des polices « compliquées » nuiront en général à la bonne harmonie.

Le but est ici aussi d’apporter un maximum de confort au lecteur.